moteur de recherche

Partenariats Institutions-Citoyens pour la Recherche et l'Innovation (PICRI)

« Réinventer l’eau en ville : Mise en place d’un indicateur participatif d’hydromorphie urbaine »

Il s'agit dans ce projet d'offrir des parcours de redécouverte du territoire et du patrimoine hydro‐(morpho)logique en ville à un public le plus large possible. Cette redécouverte repose sur une analyse participative des potentialités de l'espace urbain à inclure l'eau.
Les informations produites dans le cadre du projet, structurées autour de besoins clefs tels que la résilience urbaine face aux inondations et aux pollutions ou encore la régulation du climat urbain, alimenteront une série de débats sur l'eau en ville. Ces débats constitueront un espace privilégié d'échanges entre les citoyens, les professionnels de la ville et de l'aménagement et les chercheurs.

Directeur du comité de pilotage pour l'UPEM et le département Génie Urbain : Bruno BARROCA

Introduction colloque eau et participation citoyenne 8 avril 2014 & Martin SEIDL - Réinventer l'eau en ville

Thierry MAYTRAUD - L'eau de pluie créatrice du visible & Vaia TUUHIA - Eau et ville durable

Jean-Claude DEUTSCH - Hydrologie et citoyens : questions de participation & Christian COLLIN - Implication citoyenne au sein de comité de bassin

José-Frédéric DEROUBAIX - La gestion citoyenne de l'eau en Ile-de-France

« Eau et participation citoyenne »

Flyer : cliquez ici

Conférence - débat du 8 avril 2014 / UPEM / Cité Descartes / Bâtiment Bois de l’étang / Amphithéâtre A organisée en collaboration avec le réseau Questions de sciences, enjeux citoyens (QSEC) dans le cadre du projet PICRI "Réinventer l’eau en ville"

Bien que la plupart des villes ont été construites en profitant du réseau hydrographique des rus et des rivières,  le système "tout tuyau", hérité des hygiénistes du siècle passé consiste à collecter et  évacuer les eaux hors de la ville. L'urbanisation qui génère une imperméabilisation du territoire diminue ainsi le temps de séjour de l'eau dans le tissu urbain.  La ville devient moins perméable et plus hydrophobe. Face à la saturation des réseaux d’assainissement, aux inondations en centre urbain et à la dégradation des milieux récepteurs périphériques, d’autres solutions doivent être trouvées, en complément des réseaux existants. Des approches scientifiques et techniques pour gérer l'eau en harmonie avec le territoire urbain et ses habitants existent, mais ne sont que sporadiquement appliquées.

Ces approches vont ainsi de plus en plus au-delà de la vision purement technique de l’ingénieur et intègrent  d'autres dimensions : hydrologiques (à l’échelle du bassin versant), paysagères (avec un rôle structurant de l’aménagement de l’espace), sociales (avec une conception multi-usage) et économiques (limitant l’augmentation des coûts collectifs liés à l’eau).  Il ne s’agit plus seulement de construire des systèmes d’assainissement efficaces, mais d’adapter la ville elle-même pour qu’elle s’intègre en respectant le fonctionnement des hydro-systèmes naturels.

La terminologie diffère selon les lieux, en France il s’agit des techniques alternatives pour la gestion des eaux de pluie, comparables aux SUDS (sustainable urban drainage systems) au Royaume Uni, au LID (low-impact development) aux Etats-Unis ou au WSUD (water sensitive urban design) en Australie. Ce dernier possède cependant un périmètre d'action plus large incluant l’ensemble des ressources en eau. Le WSUD s’initie dès la phase de conception urbaine, il se centre sur l'aménagement du territoire et la conception technique. Le WSUD intègre les eaux pluviales, les eaux ruisselées, les eaux souterraines, les eaux usées et l'eau potable dans le double objectif de réduire l'impact sur l'environnement et d’améliorer le cadre de vie en créant des usages récréatifs.

La conférence -débats « Eau et participation citoyenne » du 8 avril avec le réseau Questions de sciences, enjeux citoyens (QSEC) organisée dans le cadre du projet PICRI (Partenariats Institutions-Citoyens pour la Recherche et l'Innovation) autour de l'hydromorphie urbaine, s’est attachée à créer du dialogue autour des 3 questions suivantes : Comment conseiller la gestion de l'eau en ville avec les contraintes de l'urbanisme ?  Quelle est la place de citoyen dans cette démarche ? Comment les synergies eau et nature en ville peuvent exister et apporter de la qualité urbaine ?

 

 

Dernière mise à jour : 21/01/2016
    

Département Génie Urbain